Historique de la collection Auzoux de l’ESPE Paris

1830 :

À partir des années 1830, le Dr Auzoux crée une véritable révolution en inventant des modèles anatomiques — animaux comme végétaux — en papier mâché. Réalistes malgré leur échelle agrandie, manipulables et bien plus résistants que les anciens modèles en cire, les modèles du Dr Auzoux vont démocratiser l’accès à la Biologie. Dans chaque modèle, des pièces s’imbriquent parfaitement, s’ouvrent, se détachent et se remettent en place avec facilité, le tout retenu par un astucieux système de crochets et de tiges métalliques. La dissection se fait ainsi à une échelle alors inconnue, sans risque et autant de fois que voulu. Le succès sera français mais également international.

À la fin du 19e siècle, les préoccupations éducatives en Biologie sont essentiellement utilitaristes et économiques. Les modèles en papier mâché du Dr Auzoux reflètent ainsi l’air du temps : anatomie et développement des plantes cultivées, anatomie et maladies des animaux d’élevages, identification des champignons comestibles ou vénéneux. Passionné d’Anatomie et de Zoologie, le Dr Auzoux développe également une approche comparative et cladistique : séries de cœurs, de cerveaux et d’estomacs d’animaux, corps de singes et de chevaux. Le corps humain, enfin, occupe une place de choix avec des modèles agrandis de la plupart des organes et des modèles « sur pied » de tailles — et donc de prix — variés.

1880-2010

Dans les années 1880, les Écoles Normales acquièrent la quasi-totalité des modèles pédagogiques disponibles. À Paris, ils seront manipulés par les enseignants et les étudiants jusque dans les années 2000. Les modèles en plastique, plus résistants, moins chers et plus conformes aux programmes d’aujourd’hui finissent par les suppléer.

2010

La place se fait rare dans les laboratoires de Biologie de l’IUFM et du tri est engagé. Les modèles Auzoux sont gris, poussiéreux, encrassés et déchirés, mais sont sauvés in extremis de la poubelle. L’état des lieux révèle que la totalité des modèles d’anatomie végétale ainsi que des champignons a du être acquise par l’École Normale d’Auteuil 130 ans plus tôt, complétés par quelques pièces animales, un corps humain de 1m80 et les séries de cerveaux et d’appareil circulatoire.

2012

En 2012, le Pr Christophe Degueurce de l’École Vétérinaire de Maison-Alfort et conservateur du Musée Fragonard se penche sur l’histoire du Dr Auzoux, sur les techniques qu’il a inventés et sur sa démarche industrielle. I1 réalise le livre « Corps de Papier » (éd. La Martinière) et l’illustre avec de nombreux modèles issus de la collection de l’ESPE.

2014-2015

L’idée émerge de valoriser la collection. Une exposition est programmée sous l’impulsion de l’Action Culturelle de l’ESPE. Un financement interne de 5000 € permet d’engager une session de nettoyage d’une semaine (en septembre 2014, par Pauline Morio et Ségolène Walle). Une dizaine de pièces ont pu ainsi être dépoussiérées et décrassées sans pour autant être restaurées.

Avril 2015-Juin 2015

L’ESPE présente la grande majorité de ses spécimens dans le cadre d’une exposition intitulée « Plus vrai que Nature » sur les sites des Batignolles et Molitor. Le Musée de l’Ecorché (Le Neubourg), dédié au travail du Dr Auzoux, ainsi que le Musée Fragonard (Maisons-Alfort), dont le Pr Degueurce est conservateur, participent à l’élaboration de l’exposition. Le 2 juin 2015, le vernissage de l’exposition est l’occasion de présenter la collection au Pr Barthélémy Jobert, président de l’Université Paris Sorbonne.

Plus d'informations sur la collection Auzoux :

Tags: 
A+A-
Envoyer par mail Imprimer